porto

“Non ho bisogno che sia facile, ho bisogno che ne valga la pena…”.

Tell a Friend
Chiedo ad ognuno di Voi, se possibile,  di compiere un piccolo sforzo affinchè confluisca in un grande aiuto a me e la mia famiglia. La massa notevole di processi che mi sono stati mossi contro per aver detto scomode verità, costituisce un impegno finanziario per noi insormontabile.
Grazie di cuore. Marco

DONAZION RICEVUTE


ninin

.....
trucoli
banner_pic_casadellalegalita.png
rivierapress
notav

logo-paolo-franceschetti

imperiaparla.jpg

trucioli.jpg

 trenette.jpg
alberto.jpg
ilsecolo.jpg
 
ilfattao.jpg

PUNTO
RIVIERA24
sanremonews2.jpg

uomini.jpg
nuovacosenza

ilmattino

logo-ponenteoggi

democrazia
democrazia2


roberto

zemia


marco1.jpg
La responsabile della videosorveglianza di Nizza accusa il Ministero degli Interni di pressioni (nel tentativo presunto di fargli falsificare le prove n.d.b.)
24 luglio 2016
Elle était devant les écrans de vidéosurveillance de Nice le soir du 14 juillet. Sandra Bertin, chef du Centre de supervision urbain (CSU), raconte dans une interview au JDD comment elle a vu le sandra-bertin-logocamion foncer sur la foule. Comment, après le signalement des policiers municipaux, elle demande son interception.
Au lendemain de l'attentat, elle doit faire-un compte-rendu précis au ministère de l'Intérieur, signalant la présence de la police municipale, des barrières, "et de bien préciser que l'on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité." Elle est mise en ligne, par le biais d'un représentant de la place Beauvau dépéché sur place, avec "une personne pressée".

Problème. La policière ne l'a pas vue sur ses enregistrements. "La police nationale était peut-être là, mais elle ne m'est pas apparue sur les vidéos."
Sandra Bertin répond qu'elle n'écrira que ce qu'elle a vu. La personne avec qui elle est en ligne place Bauveau lui demande alors d'envoyer "une version modifiable du rapport, pour "ne pas tout retaper"." La policière dénonce des pressions.
"J'ai été harcelée pendant une heure, on m'a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n'ai pas vues à l'écran. A tel point que j'ai dû physiquement renvoyer du CSU l'émissaire du ministère! J'ai finalement envoyé par email une version PDF non modifiable et une autre modifiable."
Une polémique a éclaté il y a quelques jours, après qu'une réquisition judiciaire urgente a demandé à la ville de Nice d'effacer l'intégralité des enregistrements vidéos du soir de l'attentat une fois extraits. La raison invoquée était d'éviter "la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images".

Vai all'articolo del Nice Matin

 
RocketTheme Joomla Templates